Fais ça ben, fais ça vite

J’écris un premier texte avec mon nom, sans me cacher sous une collaboration dans un autre blog. Ceux qui me suivent depuis quelques temps et m’écoutent surtout, savent que je n’aime pas écrire. Pourquoi? Probablement parce que je ne me fait pas confiance et que j’efface continuellement ce que j’écris, je recommence et ça n’en fini plus! Par contre, pour ce qui est de vous parler sur mon show pendant des heures, no problemo. Donc, voici je me lance…

J’en parle souvent, je trouve que nous sommes dans l’ère de l’instantané, on consomme tout rapidement et on s’en débarrasse dès qu’il a répondu à notre besoin immédiat. Besoin qui est souvent superflu, qui répond à une impulsion du moment et qui n’a souvent pas d’impact sur notre vie à long terme. Je me permets d’observer le même phénomène dans les relations entre de « futurs partenaires de vie ».

Je n’étalerai pas ici les nombreuses composantes que requiert une relation pour bien fonctionner, il y a tellement de facteurs, que je pourrais écrire pendant des jours. Je voulais faire le point sur cette espèce de personne « idéale » que nous recherchons, personne qui selon moi n’existe pas. Ce personnage est un amalgame que notre cerveau créé avec plusieurs éléments en autres du 2.0, un beau mélange de statuts réfléchis facebook, une beauté comme sur instagram, comique comme sur twitter et aussi divertissant en 5 minutes qu’une vidéo youtube. Bien entendu je ne crois pas que ce soit consciemment que l’on arrive à cette image, mais nous y sommes tellement exposés que quelque part ça doit nous influencer. C’est ce qui m’amène à dire que nous cherchons un prince ou une princesse sur les stéroïdes/mince, ayant un doctorat, vivant dans un château, avec tout l’or du monde et qui viendra nous chercher en cheval blanc (50 Shades of Grey, hein les filles). Bref, peut importe quel est le votre, souvent il n’existe pas. Bon fine je la ferme avec ça, vous avez compris mon point!

lets

Vient le temps où l’on rencontre une personne ayant un plus grand « potentiel » que les autres, celle que l’on laisse dormir à la maison et avec qui on peut même bruncher. Du calme on n’est pas rendu à faire des enfants, on ne fait que pratiquer, mais on peut voir un « futur » avec la dite personne. Par contre, c’est dans ce genre de situation où l’on arrive après quelques semaines dans la fameuse zone grise. Tsé le moment où tu ne sais pas trop si tu te french en arrivant, ben non! Deux ptits becs hypocrites sur les joues, en sachant très bien que dans quelques heures, ce ne sera pas juste ses lèvres que tu auras dans ta bouche. Le moment où il ne faut pas trop donner de nouvelles et ne pas en donner pas assez. Cet espèce de moment on le mot « engagement » vient résonner dans ta tête…

Je crois principalement que ceci arrive parce que l’on fait les choses rapidement, 2ième date on french, 3ième let’s go on baise et souvent l’anal suit pas très longtemps après, si elle est open à ça. Ne faites pas vos vierges offensées, vous savez que j’ai raison. Ceci étant dit, ça me fait remarquer justement que l’on ne prend plus le temps. Le temps d’apprécier, de découvrir, le fameux moment juste avant le premier french, quand tu n’es pas trop certain si oui ou non, bref comme au secondaire. Mais non, aujourd’hui on saute d’un nuage à l’autre, quand ça ne fait moindrement pas notre affaire, next! On ne prend plus le temps de s’invertir avec une personne en la découvrant lentement…

Comme si l’on devait tout faire rapidement, sans effort et compromis, comme dirait Dédé Fortin « Fais ça ben, fais ça vite »