Articles

Impolitique

irLa politique, sujet que j’évite comme la peste, surtout avec des gens que je ne connais pas. La raison? Assez simple, parler politique en 2014, c’est risquer de se faire envoyer promener, se faire traiter de noms et juger. Ai-je peur du jugement, du tout… Par contre, lorsqu’on ne me respecte pas dans une discussion, you just lost me!

Lors d’une discussion, il devrait y avoir de l’écoute, de l’analyse, de la réflexion, un débat, des changements d’opinions, mais surtout une notion de RESPECT. Mais où est passé le respect? Si on regarde les médias sociaux, les gens s’envoient « chier » gratuitement sans même prendre le temps de penser. Est-ce que ce comportement aurait lieu dans un face à face? Pas certain moi. Je crois que ¾ de ce qui se dit sur les médias sociaux, ne se dirait jamais autour d’une table.

Ce comportement vient d’où? Je crois qu’à la base il vient de nos « chefs », qui eux-mêmes se tapent sans cesse sur la tête et s’envoient des craques par ci par là. Est-ce vraiment ça faire de la politique? Un concours de bitch pour gagner des votes? Je vous rappelle que nous avons déjà une cochonnerie du genre au Québec et les producteurs d’OD ne doivent pas aimer la compétition.

Que vous soyez pour un parti politique ou un autre, il n’est pas grave d’aimer certains points d’un autre parti et surtout, il n’est pas grave si vous changez d’idée… Les partis politique me font souvent penser à des sectes, on recrute des membres, on les brainwash et on veut les garder à tout prix. Je ne sais pas si c’est ce sentiment « d’appartenance » qui vient aussi mettre de l’huile sur le feu lors des discussions, mais je trouve ça triste.

Que tu sois de gauche ou de droite, pour le PLQ ou le PQ, que tu sois pour ou contre la hausse des frais de scolarité, tu n’es pas un cave pour autant. Tu es une personne avec une opinion propre à elle, une opinion qui peut souvent être à l’opposé d’une autre, mais l’important c’est d’en avoir une. Ici nous avons la chance d’avoir droit à une opinion, de ne pas avoir à se cacher pour afficher ses couleurs, alors profitons-en de façon intelligente.

En terminant, j’espère que peu importe pour qui, vous irez voter et que vous ferez vos prochaines discussions dans le respect.

Bonne campagne!

Les sites de rencontres

9033862840_cb95683864_b

Depuis des années, j’ai eu la chance de côtoyer plusieurs sites de rencontre en ligne, j’y ai même rencontré une femme avec qui j’ai été trois ans; la preuve que ça peut fonctionner! Ce n’est qu’un outil pour rencontrer des gens que l’on n’aurait probablement jamais croisé dans notre vie. Certains me diront que ça fait un peu « catalogue », mais au fond quand on arrive dans un bar ou autre endroit, indirectement on fait la même observation de nos horizons et on analyse les gens pour voir les « potentials ». Maintenant, il est possible de le faire du confort de son foyer sans même avoir à se mettre sur son 36 et à dépenser une cenne!

Avec le temps j’ai observé plusieurs comportements weird, manque de respect ou autre « tendance » sur ce genre de site, en voici quelques exemples/conseils.

  • Si tu n’as pas de biographie, ne t’attends pas à une grosse question songée…
  • L’orthographe c’est important, ok yo?
  • Si tes photos sont qu’avec des amies, on assume automatiquement que tu es la plus grosse ou la plus laide du groupe. C’est comme ça.
  • Parlant photo, on veut te voir CLAIREMENT et pas juste ta face. Comme dans la vraie vie, oui on va juger ton apparence et anyway, on risque de se voir éventuellement.
  • Si tu as un enfant, assume-le. Come on!
  • Les noms du genre Princesse, Coquine et Fée. C’est NON!
  • Si on prend la peine de t’écrire plus qu’un « salut », répond au message même si c’est négatif. Primo c’est la base du respect (semble que c’est rare en 2013) et secondo tu risques de t’éviter 32 messages de suite des névrosés.
  • Si tu as 18 ans, qu’est-ce que tu fais là? Va jouer dehors un peu.
  • Si tu es sur « Rencontre Sportive » cela implique que tu fasses du sport. La marche ne compte pas!
  • Une femme peut aussi initier le tout. C’est un gros plus, ça nous arrive presque jamais.

Ce n’est qu’un résumé des choses les plus fréquentes que j’ai pu observer ou que l’on m’a raconté. Mise à part les weirdos, je crois que ça peut effectivement mener à quelque chose d’intéressant. Par contre, je vous conseillerais aussi de ne pas attendre trop longtemps avant de rencontrer la personne. Après tout, c’est la chimie entre les deux qui est importante et en ligne il est impossible de voir cet aspect, on se fait souvent des idées et malheureusement la déception peut être au rendez-vous. Si tu vois que ça clique après quelques échanges, let’s go la date, n’attendez pas 2 mois!

PS: Reste toi-même.

La laisse électronique

Depuis que le Blackberry a fait son apparition il y presque 15 ans maintenant, les choses ont bien changées. Ce qui devait être un outil de communication/bureau mobile est devenu tout un autre produit. On peut pratiquement faire tout ce qu’on peut sur un ordinateur et maintenant même plus.

Dog-Leash

Ce qu’i m’énerve, c’est que « l’outil » est carrément rendu une dépendance, une dépendance qui vient nuire au contact humain. Call me cheesy if you want, mais moi j’aime ça les « eye contact » et cette chose diminue grandement les possibilités qu’ils se produisent. Aujourd’hui, on entre dans un ascenseur et personne ne ce regarde, tous sur leurs cellulaires. Les gens marchent dans la rue sans regarder où ils vont, trop accaparés par leur ordinateur de poche!

Sommes-nous sur le point de perdre la « twist » du contact humain? J’ai souvent l’impression que les gens se réfugient sur leur téléphone, de peur de devoir croiser un regard ou de devoir interagir avec une personne. Pourtant, l’ironie de la chose c’est qu’on est tellement 2.0, les médias sociaux nous rendent-t-il asocial? Car maintenant, prendre quelque chose en photo, filmé un concert ou se « tagger » dans un endroit est presque plus important que de vivre le moment. Je ne sais pas vous, mais moi être un musicien qui donne un concert, ça me frustrait de voir autant de gens regarder mon show qu’ils filment sur leurs cellulaires. Dans le fond, ils ont payés leur billet, so fuck it!

Pour cette partie je vais rester poli, car ce genre de comportement me met en T&?%/*$)$%! Les gens qui passent du temps avec toi, mais au fond qui ne font que perdre leur temps avec toi. Et oui vous avez deviné, ceux qui pourraient s’enfoncer leur cellulaire dans le cul, question de rien manquer. J’ai rien contre le fait que tu réponds à un texto ou que tu prennes une photo, mais je dis bien UN/UNE. On a tous vécu les « textos mania » au restaurant ou chez des amis, où 80% si ce n’est pas 100% de la tablé qui est sur son cellulaire. Eille reste donc chez vous tant qu’à ça et fais-toi une boite de Kraft Diner!

Bon je vais me rassois sur ma chaise, j’essuie l’écume sur le bord de ma bouche…

En terminant, c’est quoi cette obsession de vouloir savoir toujours je suis où? Avez-vous peur que je me perdre?

PS : Les cellulaires, on peut aussi appeler avec :)

Fais ça ben, fais ça vite

J’écris un premier texte avec mon nom, sans me cacher sous une collaboration dans un autre blog. Ceux qui me suivent depuis quelques temps et m’écoutent surtout, savent que je n’aime pas écrire. Pourquoi? Probablement parce que je ne me fait pas confiance et que j’efface continuellement ce que j’écris, je recommence et ça n’en fini plus! Par contre, pour ce qui est de vous parler sur mon show pendant des heures, no problemo. Donc, voici je me lance…

J’en parle souvent, je trouve que nous sommes dans l’ère de l’instantané, on consomme tout rapidement et on s’en débarrasse dès qu’il a répondu à notre besoin immédiat. Besoin qui est souvent superflu, qui répond à une impulsion du moment et qui n’a souvent pas d’impact sur notre vie à long terme. Je me permets d’observer le même phénomène dans les relations entre de « futurs partenaires de vie ».

Je n’étalerai pas ici les nombreuses composantes que requiert une relation pour bien fonctionner, il y a tellement de facteurs, que je pourrais écrire pendant des jours. Je voulais faire le point sur cette espèce de personne « idéale » que nous recherchons, personne qui selon moi n’existe pas. Ce personnage est un amalgame que notre cerveau créé avec plusieurs éléments en autres du 2.0, un beau mélange de statuts réfléchis facebook, une beauté comme sur instagram, comique comme sur twitter et aussi divertissant en 5 minutes qu’une vidéo youtube. Bien entendu je ne crois pas que ce soit consciemment que l’on arrive à cette image, mais nous y sommes tellement exposés que quelque part ça doit nous influencer. C’est ce qui m’amène à dire que nous cherchons un prince ou une princesse sur les stéroïdes/mince, ayant un doctorat, vivant dans un château, avec tout l’or du monde et qui viendra nous chercher en cheval blanc (50 Shades of Grey, hein les filles). Bref, peut importe quel est le votre, souvent il n’existe pas. Bon fine je la ferme avec ça, vous avez compris mon point!

lets

Vient le temps où l’on rencontre une personne ayant un plus grand « potentiel » que les autres, celle que l’on laisse dormir à la maison et avec qui on peut même bruncher. Du calme on n’est pas rendu à faire des enfants, on ne fait que pratiquer, mais on peut voir un « futur » avec la dite personne. Par contre, c’est dans ce genre de situation où l’on arrive après quelques semaines dans la fameuse zone grise. Tsé le moment où tu ne sais pas trop si tu te french en arrivant, ben non! Deux ptits becs hypocrites sur les joues, en sachant très bien que dans quelques heures, ce ne sera pas juste ses lèvres que tu auras dans ta bouche. Le moment où il ne faut pas trop donner de nouvelles et ne pas en donner pas assez. Cet espèce de moment on le mot « engagement » vient résonner dans ta tête…

Je crois principalement que ceci arrive parce que l’on fait les choses rapidement, 2ième date on french, 3ième let’s go on baise et souvent l’anal suit pas très longtemps après, si elle est open à ça. Ne faites pas vos vierges offensées, vous savez que j’ai raison. Ceci étant dit, ça me fait remarquer justement que l’on ne prend plus le temps. Le temps d’apprécier, de découvrir, le fameux moment juste avant le premier french, quand tu n’es pas trop certain si oui ou non, bref comme au secondaire. Mais non, aujourd’hui on saute d’un nuage à l’autre, quand ça ne fait moindrement pas notre affaire, next! On ne prend plus le temps de s’invertir avec une personne en la découvrant lentement…

Comme si l’on devait tout faire rapidement, sans effort et compromis, comme dirait Dédé Fortin « Fais ça ben, fais ça vite »